Photographier… Bianca Balbuena

Une productrice intrépide, une saga philippine, des rêves sans limite…

Derrière le chef d’œuvre du prodige philippin Lav Diaz, Berceuse pour un sombre mystère, se cache aussi un jeune bout de femme, aussi intrépide que talentueuse : trente ans à peine et déjà une trentaine de films à son actif.

Pas du genre à prendre ses jambes à son cou face à la thématique du film – la décolonisation des Philippines alors sous autorité espagnole, à la fin du 19ème siècle – ni face à sa durée : 8h05.

Bien lui en a pris : le film reçut le prix Alfred Bauer à la Berlinale 2016.

Le récent coup de fil de « Lav » pour lui annoncer que son nouveau film ne ferait « que » 3 heures ne l’a pas découragée non plus.

Au Festival International de Films de Fribourg où je la rencontre, elle me confie qu’ « il s’agira d’un musical, un opéra rock, une lettre d’amour aux victimes des temps sombres de la dictature à Manille, car en ces temps de triomphe du mal, nous choisissons d’être courageux ».

J’ai hâte.

Fribourg, avril 2017

 

Photo & texte publiés dans la revue La Septième Obsession, dans le cadre de ma carte blanche. 

 

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s